La fausse interview de Vanessa Paradis

Je suis fan de Vanessa Paradis depuis mes 15 ans, âge auquel je suis allée la voir en concert. C’était il y a 20 ans et je l’aime toujours autant. Pour sa beauté atypique, son timbre de voix, sa douceur, son merveilleux jeu d’actrice, sa discrétion, ses choix.
Bref OUI Vanessa je l’aime. Apparemment je ne suis pas la seule puisque elle a été élue, maman idéale selon un sondage OpinionWay/Gema.

Alors comme jusqu’ici je n’ai pas eu la chance de la rencontrer, j’ai imaginé une rencontre. Bah quoi ? On fait ce qu’on peut !

vanessa_paradis2-1024x682

Moi (rouge de plaisir) : Vanessa je suis super émue de vous rencontrer.
Elle (souriante) : On se tutoie ?
Moi (encore plus rouge) : Allez chiche !
Elle rit.
Moi (rouge toujours) : Ca vous fait rire ?
Elle (avec tendresse) : Bah c’est ce mot « chiche », ça s’utilise plus ! Je l’avais pas entendu depuis 1987 je crois !
Moi (en train de nouer le nœud de la corde de la honte) : C’est mon côté vintage.
Elle (qui rit) : Vintage oui…ou ringarde !
Moi (pas contente) : Ah ouais, ringarde ? Haaaaan désolée.
Elle (remettant sa mèche) : Mais c’est choupinou.
Moi (la vengeance est un plat qui se mange froid) : Ah mais le mot « choupinou » c’est ultra ringard aussi ! Aha !
Elle (sourire aux lèvres) : Allez, 1 point partout.
Moi (en mode Voici) : Bon alors voilà, il paraît selon une presse que je ne lis pas, enfin peu, enfin parfois, il paraît que vous êtes célib’ ?
Elle (charmante) : Pourquoi, je vous intéresse ?
Moi (abasourdie) : Euh non, enfin si, je vous adore mais j’aime les hommes, enfin mon homme.
Elle (zapping) : On parle d’autre chose ?
Moi (à l’ouest) : Bon j’adore votre style, vous vous lookez toute seule ?
Elle (amusée) : Non chaque matin j’ai mon assistante personnelle, Pamela, enfin je l’appelle Pam, qui débarque chez moi après avoir été faire un tour chez les grands couturiers aux aurores, elle me dépose mes vêtements dans mon dressing de 56 mètres carrés, elle me réveille avec du Mozart et un masque aux concombres bio, me lave les pieds, me mets mes vêtements sur moi tandis que Joe mon cuisinier anti-gluten me prépare un breakfast.
Moi (bouche ouverte) : Wow, quelle vie de rêve.
Elle (MDR) : Bah enfin non ! Je suis comme vous, comme tout le monde, je me lève, j’ai encore sommeil, j’enfile un jean, un pull et hop je mange une tartine tandis que je dépose les enfants en retard à l’école ! Mon style c’est perso !
Moi (le dindon de la farce) : Ah je me disais aussi… Votre fille qu’on commence à voir ici et là, elle vous pique vos fringues ?
Elle (fourmi pas prêteuse) : Non ! C’est une règle d’or. Elle a ses vêtements, j’ai les miens ! Elle a grandi donc j’ai du me faire à l’idée qu’elle s’habille comme une jeune fille. J’ai revendu ses fringues de gamine sur le site too-short, vous connaissez ?
Moi (des ragots, des ragots !) : Et Johnny il va bien ?
Elle (ouh la menteuse) : Il paraît qu’avec Laetitia ils n’ont jamais été aussi in love.
Moi (brrrr) : Johnny pas Halliday enfin Vanessa… ! Et sinon, une vrai question : plutôt Elsa ou Anna ?
Elle (morte de rire) : Plutôt Vanessa…

10 manières d’habiller les enfants en moins de 1 minute le matin

Comme je suis une femme de défis, j’ai accepté (oh mais mon Dieu que m’est-il arrivé ce jour là ?) de vivre en accéléré le temps d’une matinée.
Tout a commencé par un réveil rapide de mes 3 enfants, un verre de lait avalé en même temps qu’une brioche et puis enfin le moment de les habiller.
Et là mon gars, ce fut épique.

Habiller ses enfants

J’ai maintenant la solution pour habiller 3 enfants en 1 minute.
Call me THE WARRIOR.

1/ La méthode : débrouille-toi, mets ce que tu veux.

2/ La méthode « queue leuleu » : chacun habille l’autre.

3/ La méthode pyjama : on reste en pyjama toute la journée. Mmmmmmmmm…

4/ La méthode « maman a mal aux poignets » : maman essaie de tout faire en 3 minutes et se chope une entorse.

5/ La méthode « à poil » : bah oui pourquoi pas ?

6/ La méthode « été en hiver » : parce que c ‘est plus rapide de s’habiller en été qu’en hiver tout de même. Donc OUI au short par 0°.

7/ La méthode « dodo ailleurs » : chez mamie, chez tonton&tata. Comme ça c’est pas moi qui les habille. Héhé.

8/ La méthode « veille pour le lendemain » : on les couche habillés comme ça le matin c’est déjà fait.

9/ La méthode « militaire » : garde à vous, punition si pas fringués en moins de 20 secondes.

10/ La méthode « remettre au lendemain » : prendre son temps, ne pas les stresser, laisser tomber mes chalenges pourris.

Noël depuis que je suis mère (ou comment je vois Noël autrement)

Jusqu’à récemment, je n’avais pas d’enfants. Du coup, pleins d’évènements m’apparaissaient différemment. Plus simplement je dirais.

banderollestarPar exemple lorsque c’était la St Valentin, avec chouchou on prenait un bain de champagne, on inondait le lit de pétales de roses, on faisait l’amour en haut de la Tour Eiffel en criant si fort que même les passants du Champs de Mars nous disaient « Oh tu veux pas la fermer ? »

(Bon ok j’exagère un peu…rien qu’un peu).

Puis on a eu des enfants et la St Valentin est devenu moins fofolle.

On a été vite tellement nazes avec l’arrivée des enfants, que le 14 février on s’est mis à regarder Columbo en pantoufles devant des pizzas. Et souvent on s’endort avant la fin (ce qui, je te l’accorde, n’est pas bien grave puisque la force de Columbo c’est que tu connais le meurtrier dès le début).

Noël c’est comme à la St Valentin puissance 10.000. Avant, Noël c’était MA fête.
Je stockais des idées de cadeaux dans mon téléphone au fur et à mesure de l’année en vue du 24 décembre, j’errais dans les Grands Magasins afin de trouver la petite robe glitter idéale pour accueillir le Père Noël, j’allais me faire faire un massage le jour même pour être en forme, je faisais un régime la veille pour pouvoir avaler la bûche entière le lendemain sans scrupules, j’ouvrais mes paquets comme une gamine avec ravissement, je faisais des câlins à mes parents pour les remercier, j’essayais tout le soir même, je buvais un verre ou douze, je me couchais tard, j’humais le sapin et j’étais bien.

C’était MON Noël.

Mais voilà, les enfants sont nés et m’ont volé mon Noël.

D’abord la mamie (ma mère) m’a demandé dès le premier Noël de l’ainé, ce qu’il voulait. J’ai répondu « Ipod/maquillage/parfum/places de théâtre/Louboutin/pochette du soir ». Elle m’a dit que j’avais mal entendu, que ce n’était pas ma wish list qui l’intéressait mais celle de l’héritier.

Je compris alors que Noël ne serait plus jamais ma fête, qu’il fallait que je fasse le deuil de mes beaux cadeaux à moi, que j’allais devoir me taper le mythe du Père Noël en souriant, que mon salaire annuel allait passer dans les surprises des enfants, que tout ce qui comptait désormais c’était la petite robe à smock qu’allait revêtir ma fille le soir du 24 (shoppée sur too-short tant qu’à faire), que moi je pouvais enfiler un jean et un sweat sans que personne ne le remarque, que j’allais devoir arrêter de bouffer de la bûche car il fallait en laisser aux enfants et surtout qu’il fallait que je perde mes kilos de grossesse, que l’attention serait portée sur eux et que je n’aurais donc comme cadeaux uniquement des objets me renvoyant à mon rôle de mère : une machine à faire des purées « Oh c’est trop génial, ça manquait à ma vie. », un baby talk du futur « Oh c’est canon, comme ça je n’oublierai jamais que j’ai des gosses. », un album photo pour ranger les petites bouilles de mes kids « Oh c’est top et puis tu sais j’ai carrément le temps de faire des albums photos ! ».

A eux les poupées parlantes, la playstation mégatop, la poupée trop jolie, la dinette en bois vintage, le petit cheval à bascule trop chou, l’appareil photo 9 en 1, le parfum pour mini-adulte.

A moi le néant.

Mais cette année, je ne me ferai pas avoir. Je suis prête à affronter Noël comme avant. C’est aussi MON Noël enfin quoi !

Joyeux Noel

10 bonnes raisons de fêter Halloween

A la veille de ce qui va être Halloween, fête importée des pays anglo-saxons (et comme le chewing-gum, Marylin Monroe ou Georges Clooney, on aime ces importations), il faut se demander si oui ou non nous allons célébrer cette fête. Les députés se tâtent dans l’hémicycle, le Président de la France ne sait pas s’il choisit d’être une citrouille ou un vampire et ma voisine Mme Michu a l’air de pencher pour, étant donné son manteau orange et sa gueule de sorcière.

Mais OUI il FAUT fêter Halloween et ce pour 10 bonnes raisons.

1/ Tous les prétextes sont bons pour s’amuser.

2/ C’est l’occasion de pouvoir ENFIN se déguiser en barquette de frites. ET ce genre d’occasions bah y’en a pas 2 dans l’année.

3/ Ca permet aux citrouilles un coup de pub énorme et en tant que chef de la protection des citrouilles en danger, je ne peux que m’incliner.

4/ Ca donne de drôles de frayeurs aux enfants.

5/ C’est la fête des méchants et rien que pour le concept audacieux de célébration des ripoux, je dis oui.

6/ Ca permet à notre affreuse belle-mère moche comme une sorcière de se sentir (enfin) heureuse.

7/ Ca insuffle un air d’Amérique dans notre salon Leroy Merlin, et ça c’est chic !

8/ Ca donne une bonne excuse aux enfants pour sonner chez les voisins afin de réclamer des bonbons. Les voisins qu’on n’aime pas trop. Pour les déranger vers 22H. Tout à fait.

9/ Ca rend l’attente de Noël moins longue.

10/ Ca autorise la folie. Et c’est bien un brin de folie.

Convaincus ? Alooooors tremblez, car les sorcières débarquent !!

halloween_cats_bats-wide-1

PS : on me dit de vous dire que les sorcières ne s’habillent pas chez too-short pour des raisons évidentes puisque too-short c’est que des fringues de seconde main pour les kids. Et comme les sorcières ne sont (et n’ont jamais été) des enfants sages…

Et vlan l’automne est arrivé !

Sans crier garde il y a une semaine environ, il nous est arrivé un truc. Presque tous les français ont vécu le même drame : l’été indien avait donc déserté et laissé sa place à l’automne.

L’automne c’est compliqué. C’est comme le vilain petit canard : ni été, ni hiver.

L’automne c’est des jolies couleurs, des feuilles emportées par le vent, des feuilles qui se ramassent à la pelle ET du froid (bordel) ET des jours qui raccourcissent.

ET… ET… des fringues des gosses à encore changer. Et des placards à vider. Et des vêtements adaptés à racheter (oui parce que autant te dire que :

Non poussin tu ne peux PLUS mettre tes tongs. Ta robes à bretelles non plus. Bah non le short ça non plus ça ne va pas. Le débardeur rose fluo non, non, non. Le maillot de bain ? Bah euh non ; Oui voilà maman va t’acheter des bottes, un pull, un imperméable, des pantalons longs, un chapeau, un parapluie…

Et tu sais quoi poussin que j’aime à la folie ? Maman en a MARRE de racheter des fringues aux prix forts tous les mois. Et tu sais quoi ? Moi j’aime pas l’automne. Enfin si j’aime bien les couleurs, le thé au coin du feu toussa mais les placards à vider, honnêtement CAME GAVE .

Alors cette année, je prends toutes les fringues chaudes trop petites de l’an passé, je mets tout dans des grandes enveloppes et j’envoie tout à revendre chez too-short. Et puis je vais shopper les fringues dans les bonnes tailles sur leur site. Voilà.

Et j’ajoute que ce coup ci je suis prête à affronter les saisons avec le sourire et que même si les gosses prennent 12 cm d’ici l’été, je sais quoi faire. Héhé.

Et que celui qui trouve que mon idée est merveilleuse me suive.
Ou sinon qu’il ramasse des feuilles d’automne avec sa langue jusqu’à la fin de sa vie. Gnark.

Interview d’Amélie, serialmaman de 2 fillettes

ts

Suite à un casting à faire pâlir de jalousie TF1 et son casting The Voice, j’ai reçu des milliards de mails de mamans prêtes à répondre à une interview de « vraie » maman, pas celles dont le premier geste au réveil est de se mettre un sachet de thé vert sur les paupières. Non, les vraies, celles dont le premier geste du matin est de changer la couche/remettre la tétine/péter le réveil/préparer un biberon.

Après un tirage au sort réalisé en présence de Maitre Gimms, huissier de justice, c’est Amélie qui se prête la première à ce jeu.

CV de la maman

Nom Descroix

Prénom Amélie

Age 35 ans

Situation de famille :  Mariée depuis 2007

Métier : Rédactrice iconographe – Chef de service photo pour le magazine Public

Prénoms et âges des enfants :  Romy 6,5 ans et Prune 4 ans

Surnoms que vous donnez à vos enfants :
Romy : Boubou ou Rom’
Prune : Pruneau et quand je parle aux deux : les chameaux ou les moches (mais on me regarde de travers quand je dis « allez les moches on y va » dans la rue !)

Surnoms qu’elles vous donnent :
Mon mari m’appelle Dood du coup elle le reprennent souvent, sinon c’est maman !

Age de la 1ere nuit (on entend par nuit, la période durant laquelle un enfant serait tombé dans un sommeil profond pendant plus de 8 heures) :
Les deux à 3 mois et des poussières, toujours quelques jours avant que je reprenne le boulot et depuis c’est des grosses dormeuses que je mets beaucoup de temps à lever le matin !!!

Questions intimes (ou pas)

Dernier câlin ? Hier soir. Je lis deux histoires communes et ensuite elles ont le droit de lire un ou deux livres dans leur lit toutes seules. Donc après l’histoire je passe un peu de temps avec chacune à faire un câlin dans leur lit.

Dernier(s) caprice(s) ? Prune hier a tapé une crise dans la rue parce qu’elle voulait faire le code de l’immeuble et que c’est sa sœur qui l’a fait !!!! Romy ne fait pas de caprices !

Dernière (s) punition(s) ? Prune est allée au coin hier pour l’histoire du code, et ce matin pour avoir dit à sa sœur qu’elle l’aimait pas ! Pas de souvenir de la dernière punition de Romy, mais c’est très rare… Par contre la plus grosse punition de Romy c’était vers 3 ans quand elle m’a fait un dessin au rouge à levres sur le mur blanc du salon !!!

Jusqu’ici quelle est la période la plus difficile dans « l’élevage » d’enfants ?! Romy est une enfant hyper facile et obéissante qui déteste nous décevoir et qui est très affectée quand on élève un peu la voix donc elle est hyper gérable au quotidien…
Prune est beaucoup plus dure et on a l’impression que rien ne l’atteint quand on la gronde… Elle a une facilité à passer à autre chose en 30 secondes comme si la punition ou la réprimande n’avait jamais eu lieu !!! Du coup c’est ça le plus dur avec elle, c’est d’arriver à lui faire passer des messages !

Sur quoi n’avez vous jamais cédé ? Sur l’achat de poupées monster high. Sur le fait de ne pas ressembler à une « mini pouff » au niveau du look. Sur le s’il te plait et le merci systématiques. Sur le brossage de dents. Sur le rangement de leur salle de jeux. Sur le fait qu’on ne regarde pas la télé le matin. (liste non exhaustive et dans le désordre !)

Quel est le meilleur conseil que vous leur ayez donné ? De nous faire confiance quand on leur dit qu’on sait qu’elles peuvent y arriver…

Qu’est ce qui vous rend le plus fier d’elles ? Leur autonomie et leur amour l’une pour l’autre (elles se font de grandes déclarations du genre « qu’est ce que je ferais si je t’avais pas », « t’es trop belle, je t’aime très fort… ». Je sais que Romy (pour me l’avoir dit plusieurs fois) aime plus sa sœur que nous.

Que voulez transmettre à vos kids ? La tolérance (ça fait un peu réponse à la « mon plus beau rôle c’est d’être mère » et compagnie !) mais je suis fière d’elles quand elles ne comprennent pas que des gens empêchent deux garçons de se marier ou qu’elles trouvent ça bizarre qu’on juge une personne sur sa couleur ou sa religion.

Dernière envie de tout envoyer valser, de laisser vos filles à leur papa et de partir sur une ile déserte avec George Clooney ? J’ai épousé l’homme parfait qui gère toute l’intendance de la maison (courses, ménage, lessives, devoirs, bain, repas…) et me laisse faire la grasse mat’ le week end !! Donc c’est rare que j’ai envie de tout envoyer valser… Mais parfois je m’accorde une soirée pour moi pour lire ou regarder une série dans mon lit.

Dernier petit plat que vous avez concocté ? Comme c’est mon mari qui prépare les repas, je ne cuisine pas beaucoup… Mais elles sont assez faciles et mangent de tout !

Côté pratique : les vêtements ça se passe comment avec 2 nénéttes ? Prune récupère les affaires de Romy et j’achète des nouveaux vêtements à Romy. Mais comme je culpabilise d’acheter que pour elle à chaque fois je prends aussi un truc à Prune qui du coup se retrouve avec un nombre de fringues incalculable !!!

Une journée idéale chez vous ça se passe comment ? J’adore quand on prend le petit déj’ tous les 4, elles sont toujours hyper choux le matin et racontent plein de trucs… On leur organise beaucoup de sorties surprises (ciné, resto, shopping, spectacles…) et du coup j’aime voir leur réaction quand on arrive quelque part et qu’elles comprennent ce qu’on va faire !! Sinon j’aime aussi bcp pouvoir aller les chercher à l’école (c’est rare !) et qu’elles ne le savent pas. Le « Mamaaaaaan » quand elles me voient, meilleur antidépresseur du monde !                                                                                             Sinon le soir (Attention, moment confessions ) on adore regarder « N’oubliez pas les paroles » toutes les trois collées les unes aux autres…

Avez-vous déjà connu une situation où ils vous ont mise mal à l’aise ? Je leur apprend beaucoup de gros mots mais elles ne les disent jamais en dehors de la maison sauf un jour où en arrivant devant l’école Prune avait froid et a hurlé « ça caille sa race !!! »

Plus gros fou rire : Romy avait un cil sur la joue donc son papa lui dit de faire un vœu et de se taper sur une joue. Elle tape sur la mauvaise et donc il lui dit : « tant pis pour toi ton rêve ne se réalisera pas ». Et là, du haut de ses 5 ans et demi elle lui sort : « Tant pis pour TOI, j’avais demandé que t’aies un plus gros zizi ! »

Et « bon mot » de Prune, voyant Marine le Pen à la télé : « Pourquoi il est déguisé en fille lui? »

Dernière sortie en famille ? Le mercredi de la rentrée on est allés les chercher à 11h30 tous les deux et on les a emmenées au resto japonais (leur passion). Mais dans un avec le plateau tournant, elles ont adoré se servir ! Sinon le soir de mes 35 ans on les a emmenées voir Vanessa Paradis au Zénith (notre idole à toutes les 3 !)

Dernier mot avant le dodo ? Je leur dit « Je t’aime » et elles me répondent toujours :
« Je t’aime maman t’es la plus belle du monde, t’es plus belle que le soleil » et elles forment un cœur avec les doigts (oui c’est cucul mais j’adore !!).

8 façons de recycler les fringues de junior

On ne le dira jamais assez : les enfants poussent trop vite. Mon fils a pris 10 cm en un an. Moi si ça m’arrivait, il y aurait au bout de 2 ans, beaucoup trop de moi.

Du coup chaque fois c’est le même problème. Que faire de ce petit pyjama taille 3 mois que junior a porté genre… 2 fois ?

IMG_0383.JPG.800x800_q85

1/ Le garder pour les poupées de notre fille. Mais sans doute trop grand.

2/ Le garder en souvenir. Enfin bon soyons honnêtes dans 30 ans qu’est qu’on en aura à foutre de ce pyjama de notre enfant qui aura de la barbe et qui parlera trop fort ? Bah rien.

3/ Le garder au cas où on aurait envie un jour peut-être, mais c’est pas sûr, d’avoir un autre enfant. Ok, mais bon si jamais on décidait (enfin) de s’arrêter là?

4/ Le customiser et s’en faire un sac de plage. Oui mais non.

5/ Le prêter à une copine/voisine/amie/cousine. Oui, tu sais celle qui ne t’a jamais rendu ton jean de grossesse. La garce.

6/ L’encadrer pour pouvoir se dire « oh mais comme il a été petit mon enfant ». Non, ridicule.

7/ Le fourrer au fond d’un placard et accumuler, accumuler, accumuler. Et perdre de la place, perdre de la place, perdre de la place.

8/ En faire profiter quelqu’un d’autre et pouvoir en même temps se fournir en fringues de la bonne taille sur too-short !

Le jour où ma fille a décidé de ne plus mettre que des jupes (qui tournent)

Dans une vie de maman (et de papa) il y a des moments clés.

Le jour où bébé sourit, le jour où bébé marche, parle, rit, dort.

Le jour où petit bonhomme va à l’école, le jour où petite minette annonce qu’elle aime les brocolis, le jour où ils arrivent à s’habiller eux-mêmes et …le jour où la petite décide de faire la guerre aux pantalons et de ne vouloir porter plus que des jupes.

Et des jupes qui tournent hein.

Un jour ça m’est tombé dessus. Ma seriaprincesse avait 3 ou 4 ans quand elle déclara que les pantalons c’était « cro cro nul » et qu’elle ferait la grève si je ne lui mettait pas tout de suite une jupe.

Alors j’ai cédé, c’était l’été et j’ai troqué le jean contre une jupette en jean. « Nan mais pas ça. Ze veux qu’elle tourne. Comme les princesses. »

 Donc la mauvaise mère que j’étais n’avait pas envisagé qu’une jupe, si elle ne tourne pas, n’est pas une jupe. Pour reprendre la phrase de la philosophe Nabilla « Nan mais allô quoi. T’as une jupe et elle tourne pas. Allô quoi. »

Ok mais t’es mignonne ma fille mais je vais pas investir des centaines d’euros dans 10 jupes hein.

Ma solution était sur Internet évidemment.

Sur too-short je pourrais dégoter des jupes tournantes à petits prix. Yeah.

IMG_6116.JPG.800x800_q85

Jupe Wowo, 2 ans

IMG_5623.JPG.800x800_q85

Jupe Sergent Major, 3 ans

Plusieurs achats plus tard et alors qu’elle mettait avec joie ses jupes, elle déclara qu’elle avait, je cite « grandi et que donc elle voulait bien repasser aux pantalons ».

Comme il faisait froid car nous étions en novembre, je me suis doutée que les princesses devaient être frileuses. What else ?