10 façons d’envoyer balader son enfant

bâillonner ses enfants

Il faut bien reconnaître que malgré l’amour inconditionnel que nous portons à nos enfants, il y a des moments où leurs 345678O questions nous fatiguent et où l’on aimerait être capable de leur dire « mais tu me lâches oui ou m…. ? ». Sauf que ce n’est pas bien de parler mal hein… Essayons donc de ruser (le parent est un animal malin).

1/ Lui suggérer « d’aller voir là bas si j’y suis ». Attention cela ne marche que pour les enfants de moins de 4 ans. Les plus grands ont bien compris qu’on est là où l’on est !

2/ Lui suggérer d’aller ranger sa chambre « parce que les grands font toujours ça ». Attention peu d’enfants acceptent et y croient.

3/ Lui suggérer d’aller dormir. Attention s’il est 17h il y a des chances de rébellion.

4/ Lui suggérer de lire. Attention si l’enfant ne sait pas lire, il sera en mesure de rétorquer que « c’est pô possible » et ça, c’est dangereux (à 18 mois on DOIT savoir lire, non ?).

5/ Lui suggérer d’aller voir son père/sa mère (enfin l’autre quoi).

6/ Lui suggérer de fabriquer une tour en Kapla. La variante Légo est la bienvenue aussi.

7/ Lui suggérer de jouer au roi du silence. Pour 5 heures. Merci.

8/ Lui suggérer de nous laisser nous reposer. Oui sans raison. Merci bis.

9/ Lui suggérer de fabriquer l’arbre généalogique de la famille en pâte à modeler.
Bah quoi ?

10/ Lui suggérer d’arrêter immédiatement de nous suivre aux toilettes. Bah parce que enfin quoi… M_ _ _ E alors !

Sinon il y a la solution B : bâillonner l’enfant. 
(#humour)

Les pères méritent-ils leur fête ?

Avant tout, je précise que j’aime les hommes, que j’aime mon mari, que j’aime l’idée de l’égalité hommes/femmes et papa/maman MAIS sérieusement je dois pointer du doigt certains faits qui me font m’interroger sur le bon sens de cette fête.

1/ D’abord c’est pas le père qui porte le bébé, se tape les nausées, les vergetures, le corps qui change.

2/ C’est pas le père qui accouche et même si ce jour là c’est lui qui se sent mal, bah c’est nous qui poussons.

3/ C’est souvent (pas tout le temps je sais), les mamans qui se lèvent la nuit pour apaiser leurs enfants.

4/ C’est pas lui qui se tape l’allaitement et les seins qui passent de gros melons appétissants à gants de toilettes en l’espace de 6 mois.

5/ C’est pas lui qui a des hormones qui montent et qui descendent au gré de ses cycles.

6/ C’est pas lui à qui on dit parfois « Ah vous travaillez ? Ah mais pour le bien-être des enfants c’est pas super, si ? »10d36bafa49cc9b274a8bcef087df487

7/ C’est pas lui qui a une belle-mère qui lui casse les pieds avec des conseils d’éducation foireux.

8/ C’est pas lui qui doit s’épiler les jambes tout en portant bébé dans les bras.

9/ C’est pas lui qui doit prendre sa température pour savoir si il est en période de fertilité pour faire un bébé N°2, N°3, N°4…

10/ C’est pas lui qui va devoir porter un collier de nouilles.

Je déclare donc que cette année, je vois pas pourquoi il n’aurait pas LUI AUSSI droit à son cendrier en pâte à sel. Na !